contact us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right.

169 rue de tolbiac
75013
PARIS

Chacun Cherche Son Âne participe à l’amélioration des conditions de vie et à l’autonomie des familles de cultivateurs burkinabè dans une perspective de développement durable, grâce à ses 3 programmes.

Souleymane

 

Portraits


Souleymane, coordinateur burkinabè, nous parle de son engagement 

 
souley2.jpg
 

Souleymane, qui es-tu ? J'ai 30 ans, je vis à Boromo et j'ai 4 enfants : Véronique, Bienvenue, Nadège et Vincent.

Tu travailles depuis plus de 4 ans maintenant pour CCSA. Qu’est-ce que cet emploi a changé pour toi ?  Cet emploi avec CCSA m'a beaucoup aidé. Cela m’a permis d’avoir les moyens pour inscrire mes enfants à l’école et aider ma famille et mes frères au village pendant la soudure (période souvent difficile de l’année durant laquelle les familles arrivent à la fin des réserves de céréales récoltées l’année passée et attendent les nouvelles récoltes). Cela m’a aussi permis d’ouvrir une petite buvette à Boromo où je sers du thé, du café, de l’eau et des sandwichs. Cela me rapporte quelques bénéfices et permettra à ma femme de travailler à la buvette si elle me rejoint avec les enfants à Boromo dans quelques mois.

Peux-tu nous raconter une semaine de travail pour CCSA et les missions que tu dois accomplir ? Pour CCSA je dois, chaque semaine, aller voir les familles bénéficiaires pour voir si les ânes sont en bonne santé et récupérer les remboursements des micro-crédits. Je dois aussi prendre des photos et chercher les nouveaux ânes pour les nouvelles familles. Souvent, je dois surveiller la comptabilité de l’association et l’envoyer par mail à l’équipe française aussi.

Est-ce que tu as des difficultés pour accomplir certaines missions ? Oui j'ai quelques difficultés. Certains bénéficiaires n’arrivent pas à rembourser régulièrement. Aussi, l’accès à internet est souvent très difficile à Boromo pour envoyer les photos, la comptabilité etc. Mais je vais peut-être suivre une formation pour améliorer la coordination des projets si on gagne assez de soutien. Cela va beaucoup m’aider !

Est-ce que l’association a prévu quelque chose pour t’aider dans tes difficultés quotidiennes ? Oui l'association a prévu quelque chose : en cas de maladie, elle prend en charge les frais de santé pour moi et ma famille (ma femme, mes enfants et aussi mes parents et frères et sœurs). Elle paye aussi les frais de déplacements si je suis obligé d’aller à Ouagadougou souvent pour accéder à internet (car même si l’association a acheté un ordinateur et une clé 3G pour moi, la connexion passe souvent très mal à Boromo).

Que fera CCSA dans 10 ans à ton avis ?  A mon avis dans dix ans CCSA sera répandue dans tous les villages de la province des Balé et dans bien d’autres provinces à travers le Burkina aussi.

Et toi ? Quelle place tu auras dans CCSA ? Moi je serai  comme un directeur dans CCSA Burkina Faso !

Un message à passer à nos soutiens en France ? Je remercie infiniment tous ceux ou celles qui nous soutiennent ; je demande toujours leurs soutiens. Car soutenir CCSA c'est aider nos agriculteurs Burkinabés à réduire la pauvreté et la famine au Burkina.